Mémorandum adressé par le colonel de Gaulle le 26 janvier 1940 aux généraux Gamelin, Weygand et Georges ainsi qu’à Édouard Daladier et Paul Reynaud

par | Armée, Guerre, Héritage, Littérature

Accueil > De Gaulle avant de Gaulle > Un officier atypique et non conformiste > Mémorandum adressé par le colonel de Gaulle

Les succès éclatants remportés par les Allemands en Pologne grâce aux moteurs combattants ne les encouragent que trop à pousser largement et à fond dans la voie nouvelle. Or il faut savoir que la position Maginot, quelques renforcements qu’elle ait reçus et qu’elle puisse recevoir, quelques quantités d’infanterie et d’artillerie qui l’occupent ou s’y appuient, est susceptible d’être franchie. C’est là d’ailleurs, à la longue, le sort réservé à toutes les fortifications.»
« Bref, la rupture des organisations fortifiées peut, du fait des moteurs combattants, revêtir un caractère de surprise, un rythme, des conséquences tactiques et stratégiques, sans aucun rapport avec les lentes opérations menées jadis en vertu du canon.

Il en résulte que le défenseur qui s’en tiendrait à la résistance sur place des éléments du type ancien serait voué au désastre. Pour briser la force mécanique, seule la force mécanique possède une efficacité certaine. La contre-attaque massive d’escadres aériennes et terrestres dirigée contre un adversaire plus ou moins dissocié par le franchissement des ouvrages, voilà dont l’indispensable recours de la défense moderne. Quand bien même nous aurions assigné à notre action militaire comme limite la plus avancée la frontière du territoire, la création d’un instrument de choc, de manœuvre et de vitesse s’imposerait absolument à nous.

Titre : L’Avènement de la force mécanique, 26 janvier 1940

Source : Fondation Charles de Gaulle

Présentation

Le 26 janvier 1940, le colonel de Gaulle rédige un mémorandum à l’intention de quatre-vingts personnalités civiles et militaires, dont le président du Conseil, Edouard Daladier, son ami Paul Reynaud, alors député de Paris, le chef d’Etat-Major général Maurice Gamelin le général Maxime Weygand.

Contextualisation

En janvier 1940, en pleine «  drôle de guerre », le colonel de Gaulle est en poste à Wangenbourg en Alsace, où il commande le 507e régiment de chars. Il se désespère du manque d’initiative de l’armée française, cantonnée dans une attitude strictement défensive, à l’abri derrière la ligne Maginot. Désirant tirer les leçons de la campagne de Pologne de septembre 1939, il envoie au Quartier général et au général Gamelin le 11 novembre 1939, une « note sur l’emploi des chars » restée sans réponse. Désirant alors alerter un plus grand nombre de personnalités militaires et politiques, il décide la rédaction d’un mémorandum ayant pour titre l’Avènement de la force mécanique réaffirmant de nouveau ses thèses développées depuis la parution de son œuvre Vers l’Armée de métier en 1934.

Analyse

Ce document illustre l’audace du colonel de Gaulle, surnommé alors le « Colonel Motors », qui se permet de remettre ouvertement en cause la stratégie adoptée par le Haut Commandement français. Il réaffirme ici encore l’importance d’une stratégie offensive, fondée sur l’usage de divisions blindées (le « moteur combattant »), aux antipodes de l’attitude défensive et attentiste de l’armée française, engluée dans la « drôle de guerre ». Rétrospectivement, ce mémorandum possède une véritable forme de prédiction. Jean Lacouture parle même du « mémorandum de Cassandre ». Face à la redoutable efficacité de la Blitzkrieg en Pologne,de Gaulle insiste ici sur l’importance de la combinaison tactique des forces aériennes et terrestres, bien que l’aviation n’ait pas eu beaucoup de place dans son œuvre de 1934 Vers l’Armée de métier. Il s’agit d’un véritable cri d’alerte pour un changement radical de stratégie afin d’éviter le pire. Il n’y a cependant aucune suite concrète. De Gaulle le dit lui-même dans ses Mémoires : «  Mon mémorandum ne provoqua aucune secousse ».

Ressources complémentaires :

 

Bibliographie

Fabrice Grenard, La drôle de guerre, l’entrée en guerre des Français septembre 1939-mai 1940, Paris, Belin, 2015.

Jean Lacouture, De Gaulle. Le Rebelle, Tome 1, Paris, Seuil, 1984.

Michel Tauriac, De Gaulle avant De Gaulle, la construction d’un homme, Paris, Plon, 2013.

Sitographie

Mise en ligne en PDF par l’Association des enfants de troupes de la préface de Lucien Nachin, grand ami de Charles de Gaulle, à l’édition du mémorandum en 1945 :

http://www.aet-association.org/articles-de-fond/informations-et-reflexions-generales/avant-propos-a-louvrage-de-charles-de-gaulle-trois-etudes .

http://www.charles-de-gaulle.org/espace-pedagogie/

Share This