Place dans les programmes

  • En classe de Troisième : « Décolonisation et construction de nouveaux Etats » au sein du thème 2, « Le monde depuis 1945 ».
  • En classe de 1ère ES et L : thème 4, « Colonisation et décolonisation » / « La décolonisation » / « La guerre d’Algérie ».
  • En classe de 1ère S : thème 3, « La République française face aux enjeux du XXe siècle » / « La République face à la question coloniale » / « La guerre d’Algérie ».
  • En classe de Terminale STMG : thème 2, « Décolonisation et construction de nouveaux Etats » / Sujet d’étude : « L’Algérie de 1954 à 1962 ».
  • En classe de Terminale ST2S : thème 2, « Décolonisation et construction de nouveaux Etats » / Sujet d’étude : « L’Algérie de 1954 à 1962 ».
  • En classe de Terminale professionnelle : sujet d’étude 3, « La décolonisation et la construction de nouveaux Etats : Inde, Algérie ».

Objectifs pédagogiques

Il s’agit de faire comprendre aux élèves l’évolution par laquelle le général de Gaulle, revenu au pouvoir grâce à l’action des partisans de l’Algérie française à partir du 13 mai 1958, en est finalement venu à proposer aux Français une rupture avec l’ancienne colonie.

Compétences méthodologiques d’après le « tableau des capacités et méthodes » du programme de TSTMG : exploiter et confronter des informations, lire un document et en exprimer les idées clés, utiliser les TIC.

Introduction

Ce dossier documentaire illustre la période complexe au cours de laquelle le général de Gaulle tranche le lien avec la dernière colonie française. Ses interventions publiques déterminent les évolutions de la politique algérienne et permettent d’entrevoir une méthode de gouvernement. Elles provoquent dans le même temps des réactions passionnelles des protagonistes en Algérie (musulmans et Européens).

Problématique

Par quelles étapes le général de Gaulle, que les artisans de son retour au pouvoir pensaient acquis à l’Algérie française, en est-il venu à mettre en œuvre une politique diamétralement opposée ? Quelles réactions cette évolution a-t-elle suscitées ?

Démarche pédagogique

En terminale STMG, on propose de répartir l’étude du dossier en deux temps : d’une part, l’évolution de la politique gaullienne (documents 1, 2 et 3), d’autre part, les réactions à cette politique (documents 4 et 5). 

1°) L’évolution de la politique gaullienne. Après une introduction qui permettra de comprendre les événements du 13 mai 1958 et leurs conséquences politiques, l’enseignant soumet à chaque élève les trois premiers documents, pendant dix à quinze minutes. Certes, le détail de chaque texte pose bien évidemment des problèmes de compréhension, mais le sens jaillit de la confrontation des extraits présentés. A l’issue d’une lecture attentive, chaque élève doit avoir compris que les positions de De Gaulle ne sont pas figées, et qu’en deux ans, on est passé de l’ambition d’une France et d’une Algérie rassemblées à l’acceptation sans état d’âme d’une « Algérie algérienne ». De façon à ce que les grandes articulations soient matérialisées, on peut demander de souligner (doc. 1 et 3) ou de recopier (doc. 2) la phrase essentielle ou l’extrait qui résume l’évolution annoncée (doc. 1 : « Dans toute l’Algérie, il n’y a qu’une seule catégorie d’habitants : il n’y a que des Français à part entière » ; doc. 2 : « Ou bien la sécession […]. Ou bien la francisation […]. Ou bien le gouvernement des Algériens par les Algériens. » ; doc. 3 : « Ce chemin conduit non plus au gouvernement de l’Algérie par la métropole française mais à l’Algérie algérienne. »).

L’essentiel étant acquis, chaque professeur pourra développer tel ou tel point auquel renvoient les différents documents. Il semble nécessaire d’expliquer, à partir de l’étude du doc. 2, le mot « autodétermination », qui n’apparaît pas dans l’extrait proposé, mais est prononcé par de Gaulle un peu plus tôt dans cette allocution du 16 septembre 1959.

La question des raisons d’une telle évolution se pose naturellement : elle fait l’objet d’une mise au point par le professeur, qui s’appuie sur le contexte général d’une décolonisation devenue irrépressible et de la mise au ban de la France par les nouvelles nations, voire par les deux Grands, à la tribune de l’ONU. La question du coût financier de l’Algérie est un argument qui apparaît dans le doc. 3 et qui peut aussi être relevé.

Le professeur prend soin enfin de faire remarquer aux élèves que, dans le cadre de la Ve République, c’est le président de la République et lui seul qui décide de la politique à appliquer en Algérie. Il relève les expressions qui illustrent cette montée en puissance du chef de l’Etat, tout à fait surprenante pour une classe politique formée sous la IVe voire la IIIe République. 

2°) Les réactions à la politique de De Gaulle sont aisément compréhensibles une fois réalisée la première partie de ce travail. Les musulmans, de plus en plus acquis à l’idée d’indépendance, voient se rapprocher cet objectif au fil des interventions du président de la République. L’accueil chaleureux qu’ils lui font lors de ce qui restera comme son dernier voyage en Algérie (doc. 4) contraste avec l’hostilité des pieds-noirs, et illustre la scission définitive entre les deux communautés. Le doc. 5 fait apparaître un acteur important, l’armée, en même temps qu’il met l’accent sur l’évolution des pratiques culturelles des Français (utilisation de la radio). On peut demander aux élèves de faire une recherche sur les motivations et le déroulement du putsch des généraux, qui a suscité la caricature de Tim, voire sur la semaine des barricades (janvier 1960), qui est une autre illustration, spectaculaire, du refus par les partisans de l’Algérie française de l’autodétermination.

Ressources complémentaires :

 

Bibliographie

Jean-Paul Cointet, De Gaulle et l’Algérie française, Paris, Perrin, 1996.

Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir. Tome 2 : Le renouveau, Paris, Plon, 1971.

Jean Lacouture, De Gaulle. Tome 2 : Le Politique, Seuil, Paris, 1985, et tome 3 : Le Souverain, Seuil, Paris, 1986.

Eric Roussel, De Gaulle, Gallimard, Paris, 2002.

Benjamin Stora, Le Mystère De Gaulle. Son choix pour l’Algérie, Paris, Robert Laffont, 2009.

Benjamin Stora, De Gaulle et la guerre d’Algérie, Paris, Pluriel,  2012.

Maurice Vaïsse, La Grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle, 1958-1969, Paris, Fayard, 1998.

Sitographie

Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d’Algérie. Voir le texte : « De Gaulle et l’Algérie, succès ou échec d’une politique ? » (1996). http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=73

Share This